Nomades sous parapluie

Comme le raconte cet article de Presse-Océan, Le Déraillos et son embarcation étaient à la fête ce weekend au Quai Léon Sécher, malgré la pluie!:

« Qu’il pleuve ou qu’il vente, le rendez-vous fait toujours le bonheur des petits et grands rêveurs.

Humide le quai hier ? Question d’équipement ! Une bonne paire de bottes en caoutchouc et la capuche serrée jusqu’au bout du nez, Yannis, Zoé, Babeth et Mat ne se sont pas démontés. Laissant les parents à leurs parapluies, leur concert de jazz et leurs cornets de chichis, les petits explorateurs ont embarqué à bord du Déraillos.

Sinon le plus rapide, sans doute le moyen de transport « le plus onirique »pour visiter ce bon vieux quai Léon-Sécher et sa fête. Le capitaine de l’engin, Cric de son petit nom, cycliste échassier, avait certainement les chevilles les plus longues de la fête. Mais pas les plus musclées.

« Dis donc ya des papas drôlement costauds ici : vous voudriez pas nous aidez un peu à pousser ? Bah oui, c’est ça les spectacles participatifs ! »,souriait l’artiste de la compagnie rezéenne Cric Manivelle et Compagnie.

Les fesses un peu mouillées mais ravis, les explorateurs ont quitté Cric pour s’embarquer vers d’autres rêves : dans la roulotte enchantée de la compagnie du rêve, à bord du Bistrot Marin ou dans le ventre du camion cabaret des Pilleurs d’Épaves. Avant que tout ce petit monde ne plie bagage pour d’autres contrées plus ou moins lointaines…

Sophie Trébern »

Publicités